Mont Hood: Ascension hivernale de la route « Leuthold Couloir »

Avant de partir à l’aventure

Tel que mentionné dans mon article précédent, il est crucial de suivre les conditions météorologiques ainsi que d’avalanche plusieurs jours avant toute ascension. Les montagnes ont leur propre climat et peuvent rapidement être très austère.

Afin de se préparer, nous avons donc suivi la météo au quotidien 7 jours avant l’ascension. En regardant nos diverses sources d’information, nous cherchons à obtenir de l’information sur:

1- L’état d’enneigement (hauteur des récentes chutes de neige);

2- La vitesse des vents;

3- La température.

L’état d’enneigement peut nous donner une indication sur les risques d’avalanche en déterminant le cumul de neige. Les vents nous indiquent quant à eux, s’il est raisonnable d’aller de l’avant. Petit truc: ouvrir votre fenêtre pendant que vous conduisez et ‘’accélérer à la vitesse indiquée’’ . Ceci vous permettra de tester votre comfort. 🙂

Finalement, la température détermine ce que nous apporterons avec nous (couches de vêtements, gangs, et etc.). Nous cherchons aussi dans le cas d’une tombée de neige fraîche à avoir une journée chaude qui fera fondre la neige suivie d’une journée froide afin de solidifier le tout et réduire les risques d’avalanche!

En regardant les prévisions, nous prenons la décision papier qu’il est sécuritaire de partir à nouveau à l’aventure.

Livre à la main, nous tournons les pages du guide des grimpeurs du Mont Hood pour choisir ensemble un nouveau défi. Notre attention s’arrête sur une route nommée ‘’leuthold couloir’’.

Avant de choisir la route, nous regardons le tracer afin d’anticiper les dangers. Les alpinistes ont cette étrange relation avec ce que nous appelons le risque. Tel que décrit par Jimmy Chin, “ La peur de ces risques est toujours présente: c’est ce qui nous permet de survivre. Il ne faut qu’apprendre à la contrôler “.

Nous décidons daller de l’avant.

40 lbs de matériel plus tard dans mon sac à dos nous quittons pour l’aventure.

Un début ardu

Lors de notre ascension précédente, nous étions arrivés un peu tard dans la matinée et conséquemment nous nous étions retrouvés dans un stationnement extrêmement loin et à verser une somme beaucoup trop élevée selon moi à un “bon samaritain avare” afin qu’il nous reconduise à notre voiture.

Cette fois-ci nous avions planifier le coup. Chris et moi étions partis tôt pour arriver vers 9 am. À notre grande surprise, lorsque nous sommes arrivés le stationnement venait tout juste de se remplir. Vraiment nous avons aucune chance! Nous attendons un peu et après une heure on nous laisse entrer.

Nous débutons notre ascension du stationnement, car la station de ski n’offrait plus dorénavant l’opportunité de saisir un remonte pente aux grimpeurs. La règle était simple, nous devions avoir des skis et aucun sac à dos. Étant difficiles de cacher nos sacs, nous avons décidé de marcher. Une marche de 4 heures sur une piste pour grimpeurs nous amenait le long des pistes de skis jusqu’au bas du glacier. Un chemin balisé et très incliné, nous attendait pour les 4 prochaines heures. La piste est facilement repérable du stationnement et longe la station balnéaire il est donc difficile de s’y perdre. De plus, si vous arrivez pour le départ alpin entre 1-3 am vous trouverez nombreux skieurs et grimpeurs qui s’aventureront vers diverses routes sur la montagne.

La température est beaucoup plus chaude que notre dernière ascension. En revanche, ayant une peau pâle je reste couverte le plus possible afin d’éviter tout coup de soleil. Les rayons UV reflètent sur la neige et sont de plus en plus fort au fur et à mesure que nous nous élevons en altitude. Il est donc important d’avoir une très bonne crème solaire (préférence sportive avec un indice SPF élevé).  De mon côté, j’ai adopté la crème solaire de Chris, et elle fonctionne à merveille.

4 heures plus tard, nous arrivons au camp. Nous tentons de choisir un endroit sécuritaire pour y installer notre tente. Nous sommes encore une fois campées près du ‘’Illumination Rock’’. J’aperçois près de nous des boules et rouleaux de neige signe précurseurs des avalanches de plaques de neige mouillée. Nous campons un peu plus loin afin de s’éloigner de cette zone à risques et chutes potentielles de glace et cette fois-ci nous ne zippons pas nos sacs de couchage à ma grande déception.

Chris me réveil au courant de la nuit en remuant. Son matelas ne cesse de se dégonfler et le force à dormir sur le glacier qui le gèle. A moitié réveillée je lui offre de se coucher dans mon sac de couchage, oui une belle tentative pour se coller. Mais sans réussite il saisit un sac à dos et le met sous le matelas dégonflé afin d’éviter le contact avec la glace (petit truc ici).

Le réveil est prévu pour 5am. Lampe frontale activée, crampons au pied nous descendons sur le “glacier reid”. Nous nous encordons, car il s’agit d’un terrain crevassé.

« Glacier Reid »

Arrive au bas de la route, une pente inclinée de 45 degrés nous attend. Nous regardons la carte de la route que nous avions imprimé de notre livre afin de s’assurer que nous prenons la bonne intersection. Le ‘’Leuthold’’ est entouré de deux routes qui peuvent être facilement confondue : ‘’Yocum Ridge’’ et ‘’Reid Headwall’’. Ces routes requièrent un niveau d’expérience élevée et sont très techinique. La route est en bonne condition, tapée et couverte de neige. Notre grimpe sera facile et rapide!

Le début de la route

Un classique

Nous débutons notre ascension, carte de la route à la main. Il est important lors de cette ascension de faire attention conserver la droite et de ne pas tourner vers la gauche. Un embrachement près du sommet peut nous apporter vers une portion du “Yocum Ridge” : route réputée être extrêmement dangereuse et difficile. L’astuce est de garder la droite le plus possible et d’imprimer une copie de la route provenant du livre de mt hood.

Quelques heures plus tard, nous sortons enfin des ravines. Nous continuons notre marche pour arriver vers la “Queen Chair”.

Le “Queen Chair”

La vue d’où nous sommes est magnifique et nous comprenons peu à peu pourquoi cette grimpe fait partie des routes classiques du Mt.Hood. Nous pouvons apercevoir du haut des crêtes : Mt. Baker, les et une panoplie de chaînes de montagnes. La vue est magnifique.

Le pont nous séparant du sommet

Le sommet est situé à quelques mètres de nous. Un pont de neige nous y sépare. Curieuse de nature je m’approche de la Crète pour regarder vers le bas. Je sens une main m’agripper rapidement. Chris s’est empressé de m’éloigner car la neige n’est pas solide. On s’encorde et hop nous nous rendons vers le sommet.

Petites collations et discussion avec une panoplies de skieurs sont au menu. Nous débutons par la suite notre descente par le “Old chute” qui auparavant nous avait accueillies avec une chute de glace assez colossale.

Cette fois ci aucun morceau de glace à l’horizon, nous sommes tout de même prudents. Le Soleil frappe la neige et le beau temps est au rendez-vous.

La descente par le “Old Chute”

Les skieurs descendent le “old chute” avec une agilité qui m’éblouissait. Note à moi-même: Moi aussi j’arriverais qui sait un jour à skier le bas de cette montagne. Pour l’instant, en moins de 2 heures de leçon j’ai appris à skier en zig-zag. Pas mal non ;).

Mt Hood, merci encore une fois pour cette grimpe. Nous serons de retour.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s